Après la suspension des cotisations Coges, le maire de la commune de Tiassalé, Assalé Tiémoko, a decidé de suspendre également les frais annexes dans toutes les écoles de ladite commune.

Assalé Tiémoko (Maire de Tiassalé): « Tous les frais dits annexes qui n'ont aucune base légale seront supprimés »

« Après la suppression des cotisations Coges, tous les frais dits annexes qui n'ont aucune base légale seront supprimés. Les frais qui ont une base légale et qui participent directement à la formation et à l'épanouissement des enfants à l'école, feront l'objet d'une prise en charge dans une certaine mesure par la mairie en terme d'actions », a déclaré Antoine Assalé Tiémoko, maire de la commune de Tiassalé, le vendredi 25 septembre 2020, à l’issue de plusieurs rencontres tenues avec les acteurs du système éducatif.

Pour lui, l'école en Côte d’Ivoire doit être équitable, juste, accessible et ne peut fonctionner dans l'illégalité et convertir l'anormalité en normalité. Notons que les comités de gestion des établissements scolaires publics(Coges) des écoles primaires, relèvent de l’autorité des mairies. Tandis que, celles du secondaire, sont placées sous la coupole du Conseil régional.

« Pour cette rentrée scolaire 2020-2021 et pour les trois années à venir, les cotisations Coges, sont supprimées dans la commune de Tiassalé. Plus aucun parent d'élève ne devra, dans notre commune, mettre la main à la poche pour une cotisation Coges », avait lancé Assalé Tiémoko, le 2 septembre dernier, lors d’une rencontre qu’il a eue avec les présidents de Coges et parents d’élèves.

Les frais annexes, faut-il le rappeler, concernent le droit d'examen, la connexion internet, les compositions, le sport, la visite médicale, les activités socioculturelles, les saisies, les relevés de notes et les cartes CIS, s'élèvent de 3000 à 5000 FCFA par enfant du CP1 au CM2. Des frais auxquels s'ajoutaient les cotisations Coges qui varient de 2000 à 2500 f, désormais supprimées dans la commune de Tiassalé.

« Ça ne peut plus continuer dans cette commune », prévient le journaliste-maire. Avant d’ajouter : « Nous allons jouer notre rôle, instaurer un dialogue constant avec tous les acteurs du système éducatif et ensemble, nous allons donner un nouveau souffle à l'école dans notre commune ».

Poursuivant, le directeur général du journal «L’éléphant déchainé », constate amèrement que malgré toutes les cotisations exceptionnelles levées dans la poche des parents à chaque rentrée scolaire, malgré tous les frais annexes payés par les parents depuis des décennies, la quasi-totalité des écoles de la commune dont il a la charge, sont en ruine.

« Je voudrais vous rassurer que, nous ne menons pas de combats contre qui que ce soit, nous faisons juste le constat que ça ne va pas et qu'on a le droit d'essayer autre chose », insiste-t-il.

Source:afrique-sur7